Le sport & moi : histoire d’une fainéante anti-sportive


Lifestyle / mardi, mai 1st, 2018

Je ne suis pas sportive.
Même pas sportive du tout.

Le genre à traîner des pieds en cours d’EPS, à sauter des tours en athlétisme, à simuler une entorse au poignet au cours de volley, à demander des mots d’excuses à ma maman pour ne pas aller à la piscine (qu’elle refusait de me donner !). D’ailleurs, la piscine, parlons-en ! Pourquoi est-ce qu’ils nous foutaient toujours ces cours là EN PLEIN MILIEU DE L’HIVER ? Quand il fait bien froid, que tu ressors avec des cheveux stalagmitiques (puisqu’on connaît l’arnaque des sèche-cheveux des piscines municipales !)

Ensuite, je suis devenue le genre de copine à grincer des dents lorsqu’on me propose un footing, à trouver toutes les bonnes excuses pour ne JAMAIS aller faire quelque forme de sport que ce soit, seule ou accompagnée.

Après j’ai eu une espèce de mini prise de conscience, et j’ai décidé de m’inscrire dans une salle de sport. Sachez que grâce à moi, au moins 3 ou 4 salles ont été enrichies, dans lesquelles j’ai dû mettre les pieds 3x chacune. En 4 ans. Bel exploit ! Les quelques fois où j’y allais vraiment, je m’entraînais de manière beaucoup trop intensive pour ma non-activité habituelle, du coup je me sentais mal et/ou faisais des minis malaises.

Pour ne plus enrichir inutilement les salles de sport, j’ai décidé de faire du sport chez moi, avec tous les programmes qui étaient super à la mode à ce moment là : Top Body Challenge et autres révolutions dans le genre. J’ai acheté un tapis de sol, des baskets et j’ai commencé. Cela a été une catastrophe. Dès la première semaine, j’ai triché dans le nombre de fois où il fallait répéter chaque mouvement : j’en faisais 10 au lieu de 30 et je sautais certains exercices que je jugeais trop compliqués. J’ai abandonné au bout de 4 semaines.

Et puis j’ai arrêté d’essayer.

Pendant au moins 2/3 ans. Je ne faisais plus du tout attention ni à mon alimentation, ni à mon activité physique et je me contentais de vivre comme bon me semblait.

Et puis, cette année, il y a quelques mois, avec l’essor du « manger bio », (mon petit Seb si tu passes par là, ceci est une dédicace pour toi!« avoir une vie équilibrée » et « faire du sport », bref toutes les variantes du fameux « esprit sain dans un corps sain », j’ai décidé de me re-pencher sur la question.

J’ai acheté une balance. Et cela a été un choc ultime de voir le poids qui s’affichait, en chiffres numériques blancs, sur le petit écran noir. Cela a été un petit électrochoc, qui m’a incitée à reprendre ma vie en main.

Je fais une petite parenthèse pour vous parler de ma balance. Elle est fantastique ! C’est une balance connectée Nokia. Je vous laisse cliquer ici pour en savoir plus. Elle est rattachée à une application : Health Mate vous permettant de suivre votre courbe de poids et d’avoir un suivi personnalisé de votre activité physique. Vous pouvez la rattacher à d’autres applications de santé de votre smartphone (J’utilise un iPhone et je peux la coupler avec l’application Santé d’iOs)

Vous pouvez la trouver chez Darty pour la modeste somme de 59.99€ 

IMG_8798 (2)

IMG_8799 (2)

IMG_8800 (2)

Après cet électrochoc, il fallait vraiment que je mette en place un plan d’action.

Ma première action notable a été d’arrêter de fumer. Etant fumeuse (légère) depuis plus de dix ans, je me suis dit que ce serait un bon début de commencer, petit à petit, à décrasser mes poumons probablement à moitié noirs à l’heure qu’il est. Et puis, le prix du tabac étant en éternelle croissance, je finissais aussi par être ruinée chaque semaine. Je n’ai pas eu trop de difficultés et pas de besoin de trouver de substitut pour pallier l’absence de cigarette. Bonne nouvelle. Je pense que le Dieu du sport est un tout petit peu derrière moi !

Ensuite, j’ai décidé de faire le point sur mon alimentation et le verdict fut sans appel : ça n’allait pas. Je ne faisais absolument pas attention à ce que je mangeais et étant une grande grande GRANDE gourmande, je m’autorisais à peu près tout ce qui n’est pas bon, ou peu recommandé de manger. Et surtout, j’ai une passion suprême : LE COCA. Et pas les substituts tels que l’infâme Coca Light ou l’imposteur Coca Zéro. Le Coca, le vrai. Le rouge, l’unique, l’original. Celui qui vous bousille la santé tel un agent chimique, mais qui a un goût tellement, mais tellement merveilleux. J’ai arrêté aussi. Je mentirai en disant que cela a été aussi facile que la cigarette. C’est faux. Et je rechute de temps en temps. Mais j’ai nettement diminué ma consommation, en m’imposant de ne plus en avoir une goutte dans mes placards et mon frigo et de n’en boire qu’en dehors de la maison (et du Zéro, si possible).

En ce qui concerne la nourriture, j’ai commencé à faire attention : plus de grignotage, revoir les quantités et les proportions, et essayer de me nourrir à heures fixes. Diminuer les « conneries » sucrées et manger plus de fruits. Boire plus d’eau également et éliminer toutes les boissons sucrées. Pour l’instant, je ne m’en sors pas trop mal !

Et puis il a fallu réfléchir sérieusement à une activité sportive. Tout en restant réaliste. La salle de sport : pas la peine. Les programmes minceur : pas la peine. Aller faire du footing dehors : pas la peine. La piscine : pas la peine. Quel était mon dernier choix ? Investir dans du matériel sportif, du vrai. Investir pour me forcer à l’utiliser en me disant « c’est quelque chose qui m’a coûté de l’argent, je dois m’en servir« . Vous pourrez me dire que la salle de sport c’est pareil, et Dieu sait que j’en ai dépensé de l’argent ! Mais la salle de sport, il faut sortir, se déplacer, et je sais que ça m’aurait découragée au bout d’un moment (oui, je n’ai malheureusement pas de salle de sport dans ma rue et même la plus proche, qui doit très honnêtement être à 500m, c’est déjà trop loin). Et puis dans les salles de sport, on est parfois tributaire des autres : attendre aux machines, ne pas pouvoir aller au créneau horaire qu’on souhaite parce-qu’il y a trop de monde ou un cours à ce moment là, etc…

J’ai donc investi dans un vélo d’appartement. C’était une bonne alternative pour toutes mes contraintes : pas besoin de me déplacer, puisqu’il est chez moi. Je peux en faire à l’heure que je veux, le temps que je veux, puisqu’il est chez moi. Ça ne prend pas trop de place, puisque je vis dans un appartement de taille moyenne. Et c’est un sport agréable, facile pour débuter donc parfait pour les fainéants comme moi ! Après un rapide Benchmark, aidée par ma maman (qui n’y connaît rien non plus, mais à deux c’est plus rigolo), j’ai choisi celui-ci :

IMG_8757 (2)

N’est-il pas magnifique ?!

Il s’agit d’un vélo F-Bike de la marque Ultrasport. Je l’ai commandé sur Amazon et l’ai payé 120€ (après vérification du lien que je vous ai mis, il est passé à 157.31€) et ayant l’abonnement Amazon Prime, je l’ai reçu en à peine 2 jours, chez moi.

Le montage n’a pas été évident. La notice n’était pas toujours très claire, notamment au niveau des différentes vis à utiliser. Mais j’ai fini par m’en sortir, et j’étais fière de le terminer ! Je l’ai choisi avec dossier (fainéante un jour, fainéante toujours) et en jaune orangé (il existe en bleu, vert, menthe, rose et noir). La selle est bien évidemment ajustable, à différentes tailles.

IMG_8758 (2)

IMG_8762 (2)

Il dispose d’un petit écran que vous connectez au vélo (ça fonctionne à piles) avec plusieurs options :

IMG_8759 (2)

IMG_8760 (2)

Time – le temps que vous passez à pédaler.
Speed – la vitesse à laquelle vous allez, en km/h
Dist – la distance parcourue
Odo – aucune idée de ce que c’est !
Cal – le nombre de calories dépensées
Pulse – votre rythme cardiaque

Cela fonctionne dès la première utilisation et c’est assez simple à comprendre (à part le fameux Odo…)

Vous avez également plusieurs niveaux de résistance, allant de 1 à 8.

IMG_8761 (2)

Je dois admettre que je pensais pas dire ça, mais je suis un petit peu déçue par ces niveaux de résistance. Il y a peu de différence réellement entre le niveau 1 et le niveau 8. Même si on sent que cela s’intensifie un peu, cela reste léger. C’est peut-être mon seul regret dans l’achat de ce vélo ! Mais pour un prix aussi faible, il ne faut pas non plus s’attendre à un vélo de compétition, toutes options !

Avec le manuel de construction vous sont livrés plusieurs exercices, pour s’étirer et s’échauffer, et des recommandations pour débuter. Personnellement, j’ai choisi un rythme d’entraînement de 30 minutes quotidiennes. Quand je dis 30 minutes, c’est 30 minutes réellement passées sur le vélo, puis 5 à 10 minutes d’étirements.

Et j’y ai réellement pris goût ! Surtout les jours où je ne travaille pas, c’est vraiment super agréable de commencer sa journée par une petite demie-heure de vélo. Je pense augmenter progressivement le temps d’exercice, mais pour un début, je suis assez fière de moi !

Pour pratiquer le vélo, je ne pouvais pas en faire en jean et en ballerines, du coup j’ai décidé d’investir également dans des habits spécialement conçus pour le sport. N’étant pas une grande sportive, je ne voulais pas non plus dépenser des milles et des cents, donc je suis restée sur des choses très basiques : une paire de baskets, une brassière de sport et un short.

Pour la paire de baskets, j’ai choisi une valeur sûre que je chéris depuis des années : Décathlon : le modèle Kalenji, à 17.00€, que vous trouverez en cliquant ici. Elles sont hyper confortables et plutôt jolies ! Excellent rapport qualité/prix.

IMG_8803 (2)

IMG_8804 (2)

Pour la brassière et le short, j’ai laissé la chance à une marque que je connaissais déjà, mais pas bien : Bon Prix. Et j’en suis assez contente ! Comme son nom l’indique, elle est très abordable, et fait de jolies choses. J’ai choisi une brassière et un short très basiques, noirs et blancs.

12038817-YtMQxWge

18022810-AZpLRZAa

Brassière – 17.99€ (cliquez ici)

Short – (soldé à) 9.99€ (cliquez ici)

Je suis très satisfaite de cette commande. Elle est arrivée en 3 jours dans un relais colis près de chez moi, et je n’ai pas eu de surprise. Cela taille correctement et la qualité a l’air plutôt bonne ! C’est une marque vraiment intéressante pour les personnes avec de petits budgets mais également pour les personnes s’habillant en grandes tailles, qui cherchent du choix.

Bilan de tout cela : le sport ça vient quand on en a réellement envie. Je pense qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode. Faites-le à votre rythme et ne vous sentez obligé(e)s de rien, sinon vous risquez de vous dégoûter du sport, et ce serait dommage.
Je ne pensais pas qu’à 28 ans, je pourrais avoir une révélation et doucement me mettre à une activité sportive. Je ne dis pas que je deviendrai une athlète ! Mais je prends plaisir à faire mes 30 minutes de vélo et je me lance de nouveaux défis au fur et à mesure. La prochaine étape sera peut-être d’aller courir dehors ? (On peut toujours rêver !)

Dans des prochains articles, je vous parlerai des différentes applications dont je me sers pour le sport : Health Mate, l’application de ma balance connectée & les applications de l’iPhone et de l’AppleWatch, Santé et Activité.

Et vous, quelle est votre pratique du sport ? Intensive ? Inexistante ? Modérée ?

Je suis toujours curieuse de savoir quel est le rapport au sport de chacun, ou les différentes méthodes, donc n’hésitez pas à m’en dire plus !

J’espère que cet article vous aura plu !

A très vite !

Ségo.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *