Un nouveau départ.


Blablas, Humeur / samedi, juillet 7th, 2018

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que cette année 2018 est très particulière. Pour ma part, il s’est passé pas mal de choses, surtout ces derniers mois. C’est aussi une des raisons qui fait que je n’ai as été très présente ici, sur le blog. Mais cela commence vraiment à me manquer ! Et j’ai plein de choses à vous partager et plein de contenu à présenter !

L’année 2018 a commencé de manière assez étrange. Je n’étais pas du tout dans le mood de fêter la fin de l’année et le nouvel an, même si j’ai tout de même reçu quelques amis à la maison. Et depuis ce mois de janvier, j’ai l’impression que l’année a filé !

Et ces derniers mois, il y a eu pas mal de rebondissements dans ma vie. Aussi bien au niveau personnel (je n’entrerai pas dans les détails), qu’au niveau professionnel. En effet, j’ai décidé de quitter mon travail. Une décision que je ne regrette absolument pas, mais qu’il est parfois difficile d’assumer.

Difficile, car on est constamment « jugée », qu’on le veuille ou non. Parce-qu’aujourd’hui et particulièrement en France, quand on ne travaille pas, on est forcément pointé(e) du doigt. En ce qui me concerne, j’ai la chance d’être dans un secteur où on trouve rapidement du travail. Enfin, je devrais même dire deux secteurs : le recrutement, et l’IT.

Pug mug.

Pourquoi j’ai voulu quitter mon travail ?

Mais revenons d’abord sur ce qui m’a donné envie de changer d’emploi. Peut-être que mon expérience pourra en aider d’autres. Qui sont dans la même situation que moi et qui ne savent pas trop quoi faire.

J’ai rejoint l’entreprise dans laquelle je suis il y a maintenant plus d’un an. J’étais ravie d’y entrer, pour diverses raisons et j’ai énormément appris pendant cette année. J’ai rejoint l’univers de l’IT, qui est passionnant et extrêmement enrichissant, car en constante évolution.

Malheureusement, divers problèmes sont arrivés en cours de route…

D’abord, et je pense que c’est un problème générationnel : la lassitude. Aujourd’hui, nous autres, les jeunes (quoique bientôt, je ne ferai plus partie de cette catégorie !) nous avons besoin d’être stimulés constamment, d’être challengés régulièrement sur divers sujets. Nous nous ennuyons facilement, et nous avons besoin de voir des choses différentes rapidement. Ce qui n’a pas été le cas. Le recrutement est un métier très riche, mais qui peut vite devenir rébarbatif si on ne fait rien d’autre à côté. Du moins, pour ma part.

Au bout d’un certain temps, on m’a proposé de faire évoluer mon poste et de diversifier mes tâches. J’étais ravie ! Enfin, je faisais des choses nouvelles et je sortais du sourcing (= chercher des cv). Mais cela a été de courte durée. La direction a finalement jugé que les évolutions de poste n’étaient pas toujours légitimes et qu’il fallait déjà se contenter de ce qu’on avait, avant de pouvoir faire autre chose. Je l’ai assez mal vécu.

Mal vécu, car j’ai eu l’impression d’être rétrogradée. Même si je ne dénigre absolument pas le métier de chargée de recrutement, puisque c’est ce que j’ai fait depuis la fin de mes études et que c’est un métier indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise, que je trouve très enrichissant. En effet, ce que je répète souvent en entretien et que je pense vraiment, c’est que le recrutement est très riche. Chaque entretien nous permet d’en apprendre plus sur les gens, sur la psychologie et le fonctionnement des hommes. Cela peut paraître très culcul, mais c’est vrai. Vous apprendrez, même d’un candidat que vous ne retiendrez pas.

Alors, je n’avais plus confiance. Plus confiance en moi, ni en mes managers. Je ne savais plus trop vers quoi j’allais, mes objectifs n’ont pas été redéfinis, je ne savais même plus sur quel type de poste j’étais réellement. Je faisais un peu de tout et de rien à la fois et c’est comme ça qu’il est arrivé… l’ennui.

Ma passion des paniers !

Le déclic

Je ne sais pas si vous avez déjà connu ces looooongues journées où vous êtes derrière votre pc, mais vous ne faites…. Absolument, rien. Juste attendre que le temps passe, surfer sur les réseaux sociaux (quand ils ne sont pas verrouillés par le réseau de l’entreprise) et juste attendre que le temps passe. Qu’il soit 17h pourque vous puissiez partir. Je me suis vu dans la peau de ces gens qui se contentent de faire leurs heures. Éteignent leur pc à l’heure pile, parfois même un petit peu avant pour « préparer leurs affaires pour partir ».

Alors que je ne suis pas comme ça. Je suis une bosseuse, une fille sérieuse qui ne compte pas ses heures. C’est là où j’ai commencé à comprendre qu’il y avait un vrai problème et que je ne pouvais pas rester dans cette situation. Et j’ai décidé de prendre les choses en main, pour me sortir de là.

Un petit coin de paradis.

Comment faire ?

J’ai commencé par me poser des questions : est-ce que j’avais vraiment envie de partir ? Est-ce que c’était raisonnable ? Est-ce que ce n’était pas juste un caprice ? Est-ce que ce n’était pas juste une accumulation de choses qui n’allaient pas dans ma vie et que j’étais entrain de tout mélanger ?

Une fois que j’ai eu la certitude que ce n’était rien de tout cela et que le besoin de partir était vraiment trop important, d’autres questions sont apparues : est-ce que j’attends de trouver autre chose ? Est-ce que je m’en vais maintenant ? Et si je ne retrouve rien derrière ? Et si je suis au chômage pendant des mois ?

Et je me suis écoutée. Je me suis dit que tant pis, que même si je devais galérer au chômage pendant un certain temps, et bah c’était pas grave. Que j’avais un toit sur la tête, des parents aimants (même si complètement flippés par cette décision) et que je savais ce que je valais. Que je finirai pas retrouver du travail, parce-que je ne suis pas plus bête qu’une autre, et que j’ai plein d’atouts et de compétences. Et je savais que le choix que j’étais entrain de faire, était le bon.

Mes nouvelles sandales rose gold de chez Manoukian (ne faîtes pas attention aux pansements !)

Passer le cap

J’ai informé mon employeur de mon souhait de partir. Tout s’est réglé très rapidement, à ma plus grande surprise. Ils ont compris mon choix, et s’y sont plié sans discuter. J’ai éprouvé un immense soulagement.

Je me suis rendue compte, qu’il fallait que je fasse ce qui me semblait bon POUR MOI. Qu’il est trop facile de se laisser influencer par son entourage, qui auront toujours un avis et des conseils contradictoires à vous donner.

Si vous vous sentez mal dans votre travail, n’y restez pas. Evidemment, il ne faut pas que ce soit un caprice parce-que vous vous êtes disputés avec votre manager. Mais si vraiment, votre cœur et vos tripes vous disent de partie, faîtes-le. Cela ne sert à rien de vous rendre malade, pour rien. L’idée n’est pas de rester à un poste parce qu’on vous le dit, ou que vous avez peur de ce qu’on va penser de vous, ou peur de ne rien trouver derrière. Je ne dis pas que d’aller travailler tous les jours doit forcément être un bonheur quotidien, mais il ne faut pas non plus que cela soit une source de stress et d’inquiétude. Et tant pis si vous devez changer 3 fois de boulot. Si vous le justifiez bien en entretien et que vous savez expliquer les différentes raisons qui vous ont poussé à partir, vous vous en sortirez sans problème.

Porte des toilettes femmes, de la Felicita.

Et maintenant, je fais quoi ?

Il y a deux écoles : les gens qui préféreront trouver quelque chose avant de quitter un emploi, et ceux qui voudront plutôt quitter impérativement leur emploi tout de suite, et chercher après.

Pour ma part, je suis partie sans rien derrière. Sans la moindre piste. C’est vrai que cela a été une période un peu compliquée de ma vie, où j’ai remis beaucoup de choses en question. J’avais besoin de quelques jours pour souffler un peu et savoir ce vers quoi je voulais aller, dans ma vie en général. Mais je ne suis pas quelqu’un de défaitiste, alors j’ai vite repris le dessus et j’ai entrepris des démarches pour retrouver quelque chose.

C’est très basique et très simple : refaire un beau CV, le remettre en ligne sur toutes les plateformes possibles et imaginables, actualiser et détailler son Linkedin, signaler qu’on est à l’écoute du marché, faire jouer son réseau, etc… En énonçant tout cela, je me rends compte que ce serait une idée d’article intéressante de parler de tout ça !

Je me suis donc remise activement dans les recherches, à postuler aux offres, etc. Et j’ai rapidement été contactée par plusieurs sociétés, notamment dans le domaine de l’IT (qui recrute toujours beaucoup) et j’ai passé des entretiens. C’est d’ailleurs assez amusant de retourner de l’autre côté de la barrière et de ne plus être le recruteur, mais le recruté !

Et j’ai finalement trouvé la bonne entreprise. Une structure intéressante, avec un projet intéressant et un poste complet. Je suis très heureuse de pouvoir les rejoindre bientôt ! 🙂

Oscar & moi dans les rues de Paris.

Le bilan

Il est devenu aujourd’hui tellement difficile d’être épanouie à la fois dans sa vie personnelle et sa vie professionnelle, qu’il faut vraiment apprendre à s’écouter. Voir les signaux d’alarme, tirer la sonnette à temps. Et ne pas se laisser influencer par l’entourage. Bien évidemment, votre entourage veut souvent votre bien, mais qui ne comprennent pas forcément que ce qui leur convient (ou leur paraît bien) à eux, ne fonctionne pas forcément pour vous.

Chaque personne est différente, et chaque expérience aussi. Vos parents n’auront pas forcément la même vision des choses que vous. Vos amis non plus. Ni votre conjoint. Il faut penser pour vous. Pas pour faire plaisir, ou pour être conforme aux attentes de la société actuelle.

Regardez par exemple les youtubeurs, ou autres influencers. Il y a souvent débat quant à leur profession et là n’est pas le sujet. Mais je pense que ce sont des gens qui ont effrayés tout le monde (et probablement, à commencer par leurs parents) quand ils ont annoncé qu’ils se lançaient à plein temps dans du filmage de vidéo, ou de la rédaction d’articles sur un blog. Et pourtant, c’est ce qu’ils font aujourd’hui. Et ils y croient.

Croyez en vous, c’est le plus important. 🙂

J’espère que cet article vous aura plu et je vous dit à bientôt pour un nouvel article !

 

 

Une réponse à « Un nouveau départ. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *